Monographie de la région
Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal
  • Rejoignez-nous :
  • Carte

    MONOGRAPHIE DE LA REGION LAAYOUNE BOUJDOUR SAKIA EL HAMRA


    Situaton Géographique

    La région de Laâyoune Boujdour Sakia El Hamra est limitée par:
    • Nord : La Province de Tantan
    • Sud : La Région de Oued Eddahab-Laguira
    • Est : La Province de Smara
    • Ouest: L'Océan Atlantique
    • Population et découpage géographique

      La Région de (LBSH) se compose de :
      • 03 Provinces :Laâyoune, Tafaya et Boujdour
      • 10 Communes rurales
      • 04 Municipalités (Laâyoune,El Marsa, Tarfaya et Boujdour)
      Commune Population estimée 2004 Superficie en Km²
      Province de Laâyoune 25 9000 27 415
      Province de Tarfaya 13 000 11 945
      Province de Boujdour 64 500 100 120
      Total Région 336 500 139 480
      • Taux d'équipement : 7,3 Km/1000 habitants
      • Taux de couverture : 10,6 Km/1000 km²

      Milieu Naturel et Climat

      • Les caractéristiques du cadre naturel
      • La région Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, présente une homogénéité physique remarquable, avec une large zone désertique, caractérisée par la présence du vaste plateau de la hammada, ne présentant pas de grands accidents de reliefs, hormis les lits creusés par les oueds, les dépressions des sebkhats et quelques cordons dunaires. L’assise géologique est formée par des calcaires et des grès du crétacé supérieur à très faible pendage vers l’Ouest, recouverts sur une zone d’une quinzaine de kilomètres à partir du rivage, par de puissantes assises oligocènes et miocènes discordantes :

      • Climat
      • Le climat de la région est un climat saharien, froid en hiver, sec et très chaud en été, marqué par la rareté des précipitations. Sur la bande côtière, les températures sont modérées et influencées par la proximité de l'Océan Atlantique. La pluviométrie est particulièrement peu abondante. La moyenne observée pour la décennie écoulée se situe autour de 60 mm. Les précipitations sont aléatoires à caractère bref, violent et orageux. Les moyennes mensuelles et annuelles ont une signification concrète aléatoire, en raison de la grande variabilité du régime pluviométrique. A titre d'exemple, le maximum annuel observé dans la région étant 115 mm à la station de Tarfaya, qui a aussi enregistré un minimum de 3 mm ! L'humidité relative de l'air est un trait spécifique du climat côtier. Elle reste élevée (>70°) toute l'année, même en été et se fait sentir normalement jusqu'à plus de 30 km à l'intérieur des terres. La pluviométrie moyenne annuelle sur 18 ans d'observations est de 67,5 mm. Ces conditions sont évidemment incompatibles avec toute forme d’agriculture non irriguée. Par contre, les pluies occasionnelles peuvent avoir des conséquences catastrophiques. :

      • Température
      • La variation de l'amplitude thermique maxima annuelle ou mensuelle et même quotidienne, croit avec la continentalité. Elle atteint plus de 23°C dans le Sahara continental hyperaride au niveau de Gueltat-Zemmour alors qu'elle reste comprise entre 7° et 12° C dans le Sahara plus occidental côtier. La moyenne annuelle est modérée sur la frange côtière : 20° C ; mais forte à l'intérieur ; 24° C à Boucraâ et 27° C à Gueltat- Zemmour. La moyenne des minima ne descend pratiquement pas au dessous de 10° C à Laâyoune, 7° C à Gueltat Zemmour. :

      • Régime des vents
      • Le vent est le facteur du climat qui marque ici le plus les habitudes socio-économiques des populations du Sahara. Toutes leurs activités sont programmées en fonction, de ce régime, qui est très bien connu de ces nomades. Durant toute I‟année, les vents soufflent dans la région. La moyenne mensuelle des vitesses maximales du vent est presque constante. Elle varie entre 15,4 à 19,2 m/s avec une moyenne annuelle de l'ordre de 17.6 m/s soit 63,4 km/heure. Un maximum a été enregistré en mai de janvier 1982 avec une vitesse d'environ 130 km/heure. Par sa régularité et son intensité, le vent est le facteur déterminant dans la genèse du phénomène d‟ensablement. Il façonne les paysages dunaires et conditionne le déplacement du sable. Deux régimes contrastés caractérisent les mouvements de l‟atmosphère • Celui des vents faibles, allant généralement d'Octobre à la fin de Mars. • Celui des vents forts, allant d'Avril à la fin de Septembre, avec un volume d'ensablement trois fois plus important que celui de la première période. Les dunes de Laâyoune sont considérées comme les plus rapides du monde, avec une vitesse moyenne de déplacement de l‟ordre de 32 m/an, pour des dunes d’une hauteur de 9m. :

      • Zones sensibles et problème d’ensablement
      • Les problèmes dans la région Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra sont relativement similaires à ceux des autres régions sahariennes du Royaume mais se distinguent essentiellement par l’ampleur de l’ensablement. Cette contrainte naturelle entrave considérablement le fonctionnement de nombreuses infrastructures dans la région. L’ensablement pose, en effet, de sérieux problèmes à tous les niveaux.

      • L’ensablement des infrastructures portuaires qui handicape leur activité et nécessite un dragage régulier des ports ;
      • L’ensablement du réseau routier qui nécessite un entretien permanent de désensablement afin d’empêcher toute perturbation du trafic. :

      Réseau Routier

      Le réseau routier dans la Région de LBSH est d'une longuer de 631 km dont 95% est revêtue. Il est constitué principalement de routes nationales notamment la RN1 (Tanger-Laguira), la RN5 (Laâyoune-Boucraâ et la RN14 (Laâyoune-Smara), et d'une route provinciale (RP1400) reliant Laâyouneà Hagounia.

      Ouvrages d'art

      En plus des ouvrages d'assainissement (dalots, radiers et buses), le réseau routier de la DRETL compte un pont sur Oued Awedri au Pk 1340 de la RN1 construit en 2011.

      Image19.pngImage19.png

    Monographie réalisée par la Direction Régionale du Haut Commissariat au Plan de Laâyoue en 2010

    MonographieLBSH.pdf

    Monographie de la Province de Tarfaya

    monographietarfaya.pdf

    • LES SECTEURS