Schéma Directeur aéroportuaire
Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal
  • Rejoignez-nous :
    • SECTEUR AÉRIEN

    Les Grand Projets

    Schéma Directeur aéroportuaire national à l’horizon 2035

    Ce projet, qui vient d’être achevé, a pour objectif de disposer de données actualisées et éléments pertinents en termes du trafic, d’infrastructures et de capacités pour le développement de quinze aéroports au besoin du trafic aérien attendu à court, moyen et long termes et ce dans le cadre de l’accompagnement de la vision touristique 2020.

    Le cout d’investissement consacré à ce plan de développement à l’horizon 2035 est estimé à 25MMDH; il comprend les extensions des installations aéroportuaires, la maintenance de ces installations. Ainsi, à l’achèvement du programme de développement des aéroports, la capacité aéroportuaire prévisionnelle sera de 46 MPA à la fin de 2014 et de 51MPA à la fin de 2015-2016 par rapport à 23MPA en 2012. Aussi, le projet s’est penché sur les moyens de transport terrestres reliant les aéroports au reste du réseau, afin de dimensionner les accès de façon optimale et doter les parkings de places suffisantes.

    Les conclusions tirées de l'étude relative au projet peuvent être résumées comme suit:

    • le réseau aéroportuaire du Maroc fait face à une forte croissance du trafic aérien estimée à 6.2% en moyenne par an pour la période 2014-2035 après avoir intégré l'effet de récupération de la crise économique.
    • l’Etat devra assumer un ambitieux programme d'investissement pour faire face à cette croissance avec un service de qualité et une capacité suffisante des installations aéroportuaires.
    • l'aéroport de Casablanca/Mohammed V, moteur de croissance, absorbera presque la moitié des investissements (49%), de même que le réseau primaire (avec 40%) et 11% pour le réseau secondaire.
    • ces investissements augmenteront l'actif du gestionnaire des aéroports, ce qui augmentera également les coûts de maintenance et ce dernier devra équilibrer ses comptes par le biais des coûts et/ou des recettes.
    ​​​
    • LES SECTEURS