Actualités
Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal
  • Rejoignez-nous :
    • RÉGION LAAYOUNE
    Infrastructures portuaires: Un investissement de 4,5 MMDH alloué aux provinces du Sud durant la période 1975-2015
     
    05.11.2015Rabat, 04 nov. 2015 (MAP) - Un investissement de 4,5 milliards de dirhams (MMDH) a été consacré au financement des infrastructures portuaires dans les provinces du Sud du Royaume du Maroc durant la période 1975-2015.

    Ces investissements sont destinés essentiellement à la réalisation, l'extension et la maintenance des ports du Sud du Royaume, selon le ministère de l'Equipement, du Transport et de la Logistique.

    Le programme d'investissement découlant de la stratégie portuaire Nationale à l'horizon 2030 pour le secteur portuaire du Sud du Royaume est construit autour de la construction de nouveaux ports (Boujdour, Dakhla Atlantique et Lamhiriz), la réalisation de grandes extensions (Tan Tan, Tarfaya, Laayoune et le port Ilot de Dakhla) et l'intégration des ports dans leur environnement urbain (Dakhla Ilot).

    En effet, le développement de ces ports, qui constituent un levier important du développement économique et social de la région Sud du Royaume, doit être harmonieux et en cohérence avec les ambitions locale, régionales et nationales.

    Ainsi, un plan très ambitieux de développement des ports de la région du Sud a été initié depuis 1975 afin de doter la région Sud de débouchés par voie maritime en vue de réduire son enclavement naturel et faciliter ses échanges commerciaux avec l'étranger et avec les autres régions du Maroc, d'exploiter et valoriser les ressources halieutiques du littoral Sud par la réalisation de ports de pêche le long de ce littoral.

    Ce plan vise également la création des pôles de développement économique autour de certains centres importants (Agadir, Tan Tan, Laayoune, Boujdour et Dakhla) et la protection et la préservation du Domaine Public Maritime, en particulier les lagunes et zones écologiques.

    La création d'aménagement maritime ou portuaire permet la naissance de nouvelles agglomérations tout en contribuant au développement local des régions et à la création d'importants postes d'emplois et de chiffre d'affaires ainsi que le développement régional des villes.

    De ce fait, ces aménagements maritimes pourraient déclencher la création de villes proches d'eux avec le développement des secteurs annexes en relation avec l'activité de ses aménagements portuaires.

    Ainsi, l'effet des infrastructures portuaires en termes de création d'emplois et du chiffre d'affaires est perçu pendant la phase de construction, la phase de mise en service et pendant le développement des activités liées au port.

    Les ports du Maroc ont été regroupés en 6 pôles portuaires, en cohérence avec la politique de régionalisation choisi par le Maroc. En effet, chaque région devra tirer parti du rôle moteur de l'activité portuaire et du rôle structurant des grands chantiers lorsque de nouvelles infrastructures portuaires sont créées.

    Cette stratégie intègre le développement harmonieux des relations ville-port et respecte l'environnement des régions où l'activité portuaire est intense.

    Ainsi, le paysage portuaire national prescrit par la stratégie portuaire nationale à l'horizon 2030 et les investissements y afférents sont structurés autour de six pôles régionaux, à savoir le pôle de l'Oriental tourné vers l'Europe et la Méditerranée et notamment le Maghreb, le pôle du Nord-Ouest, porte du Détroit avec Tanger et le pôle de Kenitra-Casablanca qui regroupe notamment les ports de Mohammedia, Casablanca et le projet du nouveau port de Kenitra Atlantique.

    Il s'agit également du pôle Abda-Doukkala, centre de l'industrie lourde, avec les ports de Jorf Lasfar et Safi, le pôle du Souss-Tensift, avec comme port principal le complexe portuaire d'Agadir et le pôle des Ports du Sud regroupant les ports de Tan Tan, Tarfaya, Laâyoune, Boujdour, Dakhla et Lamhiriz.

    Cette stratégie portuaire des provinces du sud vient s'ajouter ainsi aux différents chantiers structurants dans les domaines des autoroutes, des chemins de fer et des aéroports, lancés ces dernières années dans l'objectif de renforcer la compétitivité de l'économie nationale et améliorer ses performances.

    MAP

    • LES SECTEURS