Actualités
Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal

   Logistique

A+     A-

Le Maroc a mis en œuvre une stratégie ambitieuse pour la promotion des services logistiques des ports à l’horizon 2030

A+     A-
17.09.2015Le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, M. Aziz Rabbah a souligné que le Maroc a mis en œuvre une stratégie ambitieuse pour promouvoir les services logistiques des ports à l’horizon 2030, afin de contribuer au renforcement de sa position en tant que hub logistique mondial qualifié pour intégrer les marchés européens et africains.
​​

Dans une allocution lue au nom du ministre, mercredi dernier à Casablanca, lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la conférence « Port Finance International», qui s’étalera sur deux jours, Mme. Nadia Laraki, la directrice générale de l’Agence Nationale des Ports (ANP), a précisé que cette stratégie est basée sur cinq nouveaux pôles, il s’agit du port du nord-ouest méditerranéen, Kénitra atlantique, Safi Atlantique, Dakhla et Jorf Lasfar.

Cette stratégie vise, selon M. Rabbah, à l’expansion des infrastructures existantes, tout en œuvrant à la réhabilitation de certains sites portuaires qui ne répondent pas actuellement aux exigences du transport maritime et au trafic des ports. Il a également souligné que dans le cadre de la politique d’ouverture adoptée par le royaume, le Maroc accorde une importance particulière au renforcement des liens de coopération Sud-Sud et à l’accompagnement des changements que connait le continent africain afin de créer de nouvelles opportunités à valeur ajoutée.

A cet effet, il a signalé que les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Afrique sont en deçà de leurs aspirations, puisqu’ils ne dépassent pas les 3 milliards de dollars, en soulignant qu’ils sont axés principalement sur des produits énergétiques et des produits alimentaires de certains pays africains.

Le ministre a souligné que vu son positionnement géographique stratégique et la convergence culturelle qui le lie à plusieurs pays africains, le Maroc a signé plus de 300 conventions avec les partenaires africains dans divers secteurs, dont 25 sont liées aux domaines de la navigation maritime et des ports, en tant que deux réels leviers susceptibles d’être exploités afin de saisir les opportunités économiques offertes par ces pays et donc fonder une coopération technique, économique et financière fructueuse au profit de toutes les parties.

Pour hausser le PIB du continent africain qui ne dépasse 5% depuis plusieurs années, M. Rabbah a confirmé que le Maroc à partir de sa position géographique, a offert davantage d’opportunités pour les opérateurs internationaux en se positionnant en tant que locomotive du développement inclusif auquel s’est engagé l’Afrique, à travers l’ensemble de projets concrets réalisés dans le cadre d’un partenariat stratégique basé sur le principe gagnant-gagnant.

Il a aussi mis en exergue l’importance du port de Tanger Med qui relie le Maroc à plus de 161 ports africains auprès de 63 pays à travers le monde, ce qui favorise la croissance du continent africain et l’amélioration de ses atouts logistiques. Il a indiqué que ce port était en mesure de faire du Maroc un hub de la marine marchande mondiale grâce au taux des échanges qui a atteint 3 millions conteneurs en 2014, et qui devrait se renforcer à travers la mise en service du Port Tanger Med 2.

Dans le but d’appuyer le partenariat entre les pays du sud, M. Rabbah a annoncé que le ministère organise un congrès africain du transport et de la logistique le mois de novembre prochain à Rabat, et ce pour exposer les principaux piliers des écosystèmes logistiques régionaux qui seront adoptés, ainsi que pour créer des modèles économiques de coopération interafricaine.

« Il est prévu que cette manifestation constituera une opportunité pour les experts et les responsables africains afin d’étudier un ensemble de thématiques afférant aux retombées des réformes institutionnelles sur l’intégration et la compétitivité des services logistiques, d’échanger autour du rôle des partenariats entre le secteur privé et le secteur public dans le développement des infrastructures et la simplification de la chaîne logistique, en plus de la formation des ressources humaines et la mise à niveau des compétences dans les secteurs du transport et de la logistique », a-t-il indiqué.

Il est à rappeler que le programme de ce séminaire comporte une série d’interventions portant dans leur globalité sur « les moyens pour faciliter les opérations d’échange commercial au niveau mondial », «l’adaptation des ports africains avec les évolutions du transport continental » et « les recouvrements maritimes et portuaires ».

Traduction de la dépêche de la MAP