Actualités
Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal

   Logistique

A+     A-

M. Rabbah : Le Maroc dispose d'une stratégie ambitieuse pour le développement de ses infrastructures portuaires

A+     A-
18.09.2015Casablanca, 17 sept 2015 (MAP)- Le Maroc a défini une nouvelle stratégie ambitieuse pour le développement de ses infrastructures portuaires à l'horizon 2030, dans le cadre de l'ambition du Royaume de consolider sa position en tant que plateforme logistique mondiale offrant accès aux marchés européens, d'une part, et africains, d'autre part, a affirmé, jeudi à Casablanca, le ministre de l'Equipement, du Transport et de la Logistique, M. Aziz Rabbah.

Cette stratégie a été b​asée sur la notion de pôle portuaire, permettant de lier le développement portuaire à une région et à son environnement, a indiqué M. Rabbah dans une allocution lue en son nom à l'ouverture de la deuxième conférence "Port Finance International", organisée par Partner Port Mondial avec le soutien du Ministère.

Il a ainsi expliqué que cette stratégie préconise la création de cinq nouveaux ports qui sont Nord-West Med, Kenitra Atlantique, Safi Atlantique, Dakhla et le nouveau port gazier de Jorf lasfar. La stratégie recommande également l'extension des infrastructures existantes et la requalification de certains sites portuaires qui ne répondent plus actuellement aux exigences du transport maritime et du trafic portuaire.

Le ministre a de même fait observer que conscient de l'ampleur des défis à relever, le Royaume a consacré au secteur portuaire national d'importants efforts d'investissements et de mise à niveau et se trouve aujourd'hui doté d'un réseau d'infrastructures portuaires important.

Avec 38 ports sur les deux rives méditerranéenne et atlantique, dont 13 ouverts au commerce international, le secteur des ports assurent environ 98 pour cent des échanges du Maroc avec l'extérieur, soit plus de 100 millions de tonnes par an", a-t-il précisé.

Le Maroc a également œuvré pour un alignement de l'organisation institutionnelle de ce secteur sur les meilleures pratiques internationales, en faisant évoluer son mode de gouvernance vers le modèle "Landlord Ports".

Cette nouvelle organisation du secteur portuaire a permis de créer d'importantes opportunités pour améliorer davantage le système de gestion des ports marocains, notamment à travers l'émergence d'une nouvelle dynamique de Partenariat Public Privé dans la réalisation des projets portuaires, relève-t-on de même source.

A ce sujet, il est important de signaler que grâce aux différentes réformes entreprises par le Maroc dans le domaine des transports, conjuguées au développement de grands projets d'infrastructures portuaires, particulièrement le port de Tanger-Med, le Maroc s'est hissé à la seizième place sur le plan mondial en termes de connectivité maritime et la première place sur le continent africain, selon le dernier classement de la CNUCED.

Avant 2007, le Maroc occupait la 84ème place dans ce classement.

"Notre vision, à cet égard, est de disposer de ports performants, catalyseurs de la compétitivité de l'économie nationale, moteurs du développement régional, à même d'améliorer et de renforcer le positionnement du Maroc comme plateforme logistique du bassin méditerranéen", assure M. Rabbah.

Au sujet de la coopération Sud/Sud dans ce domaine, le ministre s'est félicité de l'importance particulière que le Royaume confère au renforcement des liens de la coopération Sud-Sud et aux mutations qui se dessinent à l'échelle du continent africain pour en faire des opportunités favorisant une coopération à valeur ajoutée.

Cependant, note-t-il, l'état des lieux à ce titre fait ressortir que les réalisations pour la consolidation des échanges entre le Maroc et les pays africains sont encore en deçà des attentes et des ambitions. Et pour cause, les échanges sont peu diversifiés et portent essentiellement sur des produits énergétiques et sur des produits alimentaires, ces échanges restent plutôt concentrés sur certains pays africains et ne dépassent guère environ 3 milliards de dollars. Pour transformer cette tendance et déclencher une nouvelle dynamique, en mettant à profit les considérations de proximité géographique et culturelle existantes entre le Maroc et plusieurs pays africains, le Royaume a procédé à la conclusion de plusieurs conventions commerciales et tarifaires avec les partenaires africains (plus de 300 accords, tous secteurs confondus dont 25 dans les secteurs maritime et portuaire).

La deuxième conférence "Port Finance International", qui se tient mercredi et jeudi à Casablanca, réunit des experts de l'industrie afin d'explorer les ports de la région, les infrastructures de transport et de logistique et mettre l'accent sur la facilitation des échanges et la compétitivité logistique. L'objectif est également d'explorer les opportunités offertes à ceux qui souhaitent miser sur la position géographique unique du Maroc, mais également sur sa situation politique, financière et industrielle.

MAP