Connexion
  • 19 JUIN 2024

   Eau

A+     A-
Les ressources en eau au Maroc ont toujours été au centre des politiques de développement socio-économique et environnemental et sachant que la concurrence pour l’exploitation de ces ressources est devenue de très forte envergure dans un contexte de changement climatique, les informations liées à ces ressources tendent à devenir de plus en plus décisives. Cette situation rend plus cruciale la nécessité de disposer d’informations plus fines et plus fiables nécessaires à l’évaluation des ressources en eau de surface et leur bonne gestion.

C’est dans cette perspective que le réseau hydrologique national a été conçu. Ainsi, l’objectif est de disposer de données sur la variabilité spatio-temporelle des différents paramètres hydro-climatologiques.
Le réseau de mesure des eaux de surface a vu le jour dès le début du 19ème siècle par l’instauration des premières stations hydrométriques sur les grands oueds du pays et a été ensuite développé au fil des années.
Le réseau de mesure marocain est caractérisé par l’existence d’un certain nombre de stations multi-paramètres permettant à la fois une détermination des paramètres climatiques (température, vent, évaporation, humidité, ensoleillement, précipitations…) et hydrométriques (hauteurs d’eau, jaugeages, débits…).

RESEAU DE MESURE DU MAROC :

Le réseau de mesure hydrologique du Maroc est composé d’un ensemble de stations hydrologiques, de stations climatologiques et de postes pluviométriques.
Le Maroc possède actuellement 246 stations hydrométriques implantées sur les principaux cours d’eau du pays et leurs affluents.
Ces stations hydrologiques, très abondantes dans la partie centrale et au nord du pays, sont constituées de 154 stations principales et de 92 stations secondaires (simplifiées) et un grand nombre de points de jaugeages périodiques (sources, saguias, cours d’eau permanents, etc).

pluviometrie

 

La grande partie des stations hydrologiques est concentrée sur les bassins du centre et du nord dont les cours d’eau sont les plus productifs et qui permettent d’assurer d’importants apports d’eau annuels.
Les hauteurs d’eau sont relevées selon leurs variabilités. Le pas du temps peut aller à toutes les demi-heures en cas de crues.
Des opérations de jaugeage sont effectuées périodiquement par les Agences de Bassins Hydrauliques avec des fréquences différentes selon la nature de la station. Des mesures de jaugeages supplémentaires peuvent être effectuées dans les points de jaugeages périodiques. Ces mesures ont une importance majeure dans l’élaboration de l’annuaire hydrologique.
Quant aux précipitations, elles sont mesurées à travers 341 postes pluviométriques, dont une centaine sont des stations climatologiques. Ces stations climatologiques sont équipées de plusieurs instruments permettant de caractériser une multitude de paramètres climatiques. La répartition spatiale des postes pluviométriques est variable du nord au sud.

DENSITE DU RESEAU DE MESURE DU MAROC :

La densité des stations hydrologiques varie d’un bassin à un autre. Les bassins du centre et du nord sont mieux dotés en stations hydrologiques par rapport aux bassins du Sud-Est atlasique avec absence au niveau du bassin Sakia El Hamra Oued Eddahab.
Pour les postes pluviométriques, les densités préconisées par l’Organisation Météorologique Mondiale, sont en fonction de la topographie : 900 km² par poste pluviométrique dans une zone côtière et 250 km² dans une zone montagneuse.
Selon cette norme, la densité des postes pluviométriques est jugée acceptable pour les bassins du nord et du centre, elle permet d’évaluer le potentiel pluviométrique réel de ces zones. Pour les bassins du Sud-Est atlasique et particulièrement du sud, des efforts de mise en place de postes pluviométriques sont nécessaires.

pluvio2